Compte-rendu de la réunion d’information syndicale des AESH du 3 mai.

mercredi 9 mai 2018
par  FSU 03
popularité : 7%

Nous étions 4 représentants FSU (SNES ou SNUIPP) et seulement 7 AESH, beaucoup ayant envoyé un mail d’excuse et étant demandeurs de ce compte-rendu. Il y a à cela une raison : nous avons trop tardé à organiser cette réunion, car nous attendions des réponses de l’Inspection d’académie à nos nombreuses questions, et parce que celle-ci avait annoncé la tenue de réunions de bassin ... qui ne sont pas venues. Il y avait donc un besoin ... et le 30 avril le SNALC a organisé une réunion, et pas mal d’AESH ont jugé ne pouvoir s’absenter de leur service deux fois dans la même semaine.

Les participants nous ayant raconté cette réunion, nous sommes dans l’obligation de démentir publiquement les affirmation fausses du SNALC : non, celui-ci n’est pas représenté dans les CCP (Commissions Consultatives Paritaires) et ne s’y est d’ailleurs jamais intéressé. Les 4 membres titulaires représentants les personnels contractuels à la CCP dans notre académie sont : 1 UNSA, 1 FO et 2 FSU qui sont Nadège Fagnot et Frédéric Paris de l’Allier. Nous sommes pour l’unité d’action syndicale et avons impulsé de nombreuses actions avec les AESH : un seul syndicat ne s’y est jamais associé, il se trouve que c’est le SNALC. Les AESH ne sont pas une masse de manoeuvre pour élections professionnelles : si nous les appelons à rejoindre les syndicats de la FSU, c’est pour y agir eux-mêmes et pas pour être commandés, ce que le compte-rendu qui suit démontre, nous l’espérons.

Les points évoqués lors de la délégation du 29 novembre 2017 auprés de Mr Sennepin (IEN ASH), Mr Vandard (DSDEN) et Mr Benahra (secrétaire général) ont été repris.
Sur l’ensemble de ces sujets nous avons décidé de redemander un rdv à l’Inspection d’académie.
Et nous avons décidé de demander le retrait de la ligne rajoutée sur la fiche de voeux où il est enjoint de ne pas demander l’école où sont vos enfants. Cette disposition n’a aucune base réglementaire. Elle avait été retirée voici quelques années à notre demande. La réponse faite oralement par M. Sennepin à l’occasion d’une réunion paritaire le 30 avril - à savoir qu’elle a pour cause des problèmes qui serait survenus dans une école - ne saurait la justifier. Nous invitons d’ores et déjà les AESH à ne pas en tenir compte dans leurs voeux.

L’information sur nos droits devrait être obligatoire ! Frais de déplacement, tickets Cesu, chèques vacances, Pass éducation : cela devrait aller de soi ! Or elle n’est pas donnée (ex. le plus anormal : les frais de déplacement sont accordés sur demande et pas en fonction des situation les nécessitant) et force est de constater que les réunions de bassins annoncées n’ont pas eu lieu à ce jour.

Les frais de déplacement : Comme les agents titulaires, les contractuels non enseignants (AESH, AED, CUI-CAE) peuvent bénéficier des frais de déplacements entre leurs différents lieux de travail.
Pour y avoir droit :
Il faut exercer sur au moins deux établissements ;
Le deuxième établissement doit se trouver en dehors de la commune de rattachement et de la commune de résidence ;
Les deux communes ne doivent pas être limitrophes et desservies par des transports en commun permettant de se rendre sur son lieu de travail à des horaires acceptables.
L’établissement de rattachement est celui où vous faites le plus d’heure ou celui où vous étiez en premier ou au choix si les 2 premières solutions ne sont pas remplies. Pour avoir droit au remboursement des frais de déplacement il faut en faire la demande.

Retard dans l’envoi des fiches de paies : le problème est récurrent et entraîne des difficultés pour les déclarations pôle emploi et la prime d’activité. Pour les AESH gérés par la DSDEN il semble plus facile de le régler, pour les AESH gérés par le lycée mutualisateur Pierre Joëlle Bonté le problème est plus difficile à résoudre.

Travail annexe non reconnu : nous demandons un système de récupération uniforme, concernant principalement la récupération d’heures lors d’accompagnement de voyages ou de sorties, ou de réunions, et contestons l’utilité du formulaire du relevé d’heures.

Subrogation : Nous avons eu connaissances de problèmes de remboursement du trop-perçu à l’éducation nationale lors de versement d’indemnités journalières lorsque l’AESH est en CDI. C’est un problème de gestion informatique qui implique que le Rectorat ne peut pas percevoir l’argent de la sécurité sociale concernant les indemnités journalières et ainsi les déduire des salaires. Nous demandons donc à nouveau à ce que cette question soit réglée.

La formation :

La formation initiale de 60 heures est enfin en place. En outre nous demandons 4 formations professionnalisantes : autisme, postures, analyse de la pratique, PSC1. D’autres ont été proposées : DYS, TED, troubles du comportement, mais n’ont pas été mises en place cette année.

Les réunions inter-bassin n’ont pas eu lieu cette année encore. On les avait demandés à l’époque de Mme Tynaire et celles-ci avait été appréciées pour pouvoir se rencontrer.

A été abordé le fait de participer aux interventions avec le SESSAD et les équipes de soins. C’est une mine d’information pour l’accompagnement au quotidien.

La VAE moniteur éducateur : 2 AESH présente ont présenté le dossier à l’oral. Le même ressenti a été partagé : bien que la VAE soit ouverte aux AESH, le jury reste cantonné à une expérience en structure et « rejette » d’une façon plus ou moins franche le fait que des personnes de l’éducation nationale se présentent ... Nous allons intervenir sur ce sujet (courrier au président de jury).

Heures et notifications : Il semble que des AESH se voient diminuer leur quotité la sixième année avant de passer en CDI.
Ex : une AESH à 20 heures accompagne 2 enfants qui doivent avoir 12 heures chacun d’accompagnement !

Congé pour convenance personnelle : pas de disponibilité ni d’année sabbatique mais possibilité de demander un congé pour convenances personnelles pour les AESH en CDI. (3 ans maximum renouvelables dans la limite de 10 ans, demander ce congé au moins 2 mois à l’avance par courrier recommandé avec accusé de réception, vous devez demander son renouvellement ou votre réintégration par lettre recommandée avec accusé de réception au moins 3 mois avant la fin de votre congé en cours. Que votre réintégration intervienne de manière anticipée ou non, vous êtes réaffecté sur votre précédent poste.)

Pour terminer cette réunion fructueuse au niveau des échanges, tous les participants ont bien voulu répondre à un questionnaire national concernant notre métier qui servira de base revendicative et intitulé « AESH, le métier que nous voulons ». En voici la synthèse :

Sur les conditions d’emploi et de salaire :
Une demande de titularisation avec de meilleurs statuts, avoir un CDI mais un vrai. Un CDI pour 24 h par semaine ce n’est pas suffisant. Il faut une revalorisation du métier afin qu’il soit reconnu comme celui des enseignants. Et bien sûr avec une augmentation significative des salaires, enfin qu’il soit simplement décent.
Une demande de reconnaissance des diplômes et où des expériences professionnelles exercées auparavant et avoir un salaire en conséquence.
Avoir la possibilité pour les AESHco (limité à 20 h) de faire autant d’heures que les AESHi, les AESHmu alors que les obligations de cet emploi en demande beaucoup plus.
Que les heures de notifications pour l’accompagnement des élèves soient la base pour fixer les temps de travail des AESH augmenté des temps de préparation avec l’équipe éducative.

Sur les conditions d’exercice du métier :
La reconnaissance de notre rôle face aux autres professionnels : les enseignants, les professionnels de la santé.
Notre participation obligatoire aux ESS et à l’élaboration du GEVASCO.
Avoir des lieux de missions proche de notre domicile, et la possibilité d’exercer même dans les écoles où sont scolarisés nos propres enfants.
Avoir un nombre maximum d’enfants à accompagner pas plus de 3.
Avoir une place correcte au sein de la classe (chaise, table, casier…).
Mettre vraiment en place un « livret itinérant », quand l’élève est suivi par plusieurs professionnels.
Régler enfin le problème des « heures supplémentaires » surtout celles effectuées en voyage scolaire, faire cesser cette forme de « bénévolat de fait ».
Penser à la création d’une brigade d’AESH remplaçants.

Sur le métier :
Mettre en valeur la formation.
En plus de la formation initiale de 60 h. Avoir accès à des formations professionnalisantes. Une formation continue sur les différents handicaps spécifiquement sur l’autisme, les différents troubles dys ou les troubles du comportement.
Avoir des modules de formation Enseignant/AESH : Comment travailler ensemble ? Qui fait quoi ? Comment ?
Formation sur des logiciels spécifiques (médialexie, géosebra…).

Et sur :
L’information sur les droits des AESH doit être obligatoire ! Chaque individu doit être au courant qu’il peut prétendre à des tickets CESU, aux chèques vacances ….Frais de déplacements….surtout lorsque l’on sait que le salaire des AESH ne permet pas de pouvoir vivre convenablement. (Mise en place d’un livret par l’Education Nationale).
Faire circuler toutes les informations concernant les AESH au niveau des écoles.
Mettre en place des réunions entre AESH pour se connaitre, se soutenir et partager nos expériences, nos « solutions », nos « réponses », face à certains comportements des enfants que l’on accompagne.

Voici nos différents sites :
http://sd03.fsu.fr/
http://03.snuipp.fr/ avec surtout un livret d’accueil complet des AESH qui répond à toutes les questions que peut se poser un AESH sur son métier.
https://snes03.wordpress.com/
Page facebook : aed/aesh SNES Allier
Mail : snes03.aed.aesh@gmail.com
fsu03@fsu.fr

Pour la FSU
PARIS Frédérick (SNuipp)
PRESUMEY Vincent (FSU)
FAGNOT Nadège (SNES)


Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois