Nous apprenons par le journal La Montagne que le juge des référés a autorisé le maire de Vichy à interdire la tenue, dans un lieu privé (“un hôtel de la station thermale”) d’un “déjeuner-conférence en l’honneur de Robert Faurisson”. Le maire Frédéric Aguiléra écrit sur Facebook que “L’extrême droite antisémite et révisionniste n’est pas la bienvenue à Vichy !”

C’est très bien ainsi : “en l’honneur de Robert Faurisson”, le faux historien et vrai négationniste, n’a en effet d’autre signification que “en l’honneur d’Adolf Hitler”, le “négationnisme” étant un pseudonyme pour : regret, nostalgie, désir de retour … du nazisme.

C’est très bien ainsi, mais la FSU, fédération syndicale attachée aux libertés démocratiques et au refus du racisme, et fédération de syndicats d’éducateurs attachés au sérieux de la recherche et à la poursuite de la vérité historique, se trouve du coup d’autant plus dans l’obligation de signaler au maire de Vichy qu’après avoir demandé et obtenu l’interdiction d’une assemblée néonazie sous pseudonyme, il semble avoir autorisé la tenue, dans un lieu public et municipal (le centre culturel Valéry Larbaud), lundi 27 janvier, d’une conférence payante du charlatan raciste et racialiste Bernard Lugan, nostalgique du casque colonial, sur le thème “Comprendre les guerres du Sahel”, organisée par le cercle catholique intégriste “Gustave Thibon”.

Les uns et les autres – les néonazis et néopaïens de la bande à Faurisson et les intégristes du cercle “Gustave Thibon”- ont certes leurs rivalités, mais aussi leurs intersections, particulièrement à Vichy parmi les groupes de mouvance “Action Française” et, bien entendu, parmi les nostalgiques des années 40-44 du siècle dernier. Il n’est pas difficile de trouver sur le net les contacts et combats commun à Faurisson et à Lugan. Il y a fort à parier que des déboutés de la réunion privée interdite par la municipalité le samedi vont se retrouver dans la réunion … publique, et dans une salle municipale, le lundi.

La  FSU appelle à la plus grande vigilance l’ensemble du mouvement ouvrier et démocratique devant ces menées récurrentes sur Vichy, et, tout en donnant acte au maire de Vichy de sa vigilance républicaine affichée envers les négationnistes du génocide nazi, attire son attention sur les cercles concentriques de l’ultra-droite qui se réunissent à nouveau – car nous avions déjà eu à le signaler en avril 2018- dans des locaux municipaux à Vichy.

Image en tête d’article : Namibie, 1906. Le premier génocide explicite du XX° siècle : les troupes du général prussien von Trotha ont ordre de tuer tous les Hereros et tous les Nama’a.