Mercredi 24 nous avons pris date (cf. La Montagne) – dans l’unité des fédérations FSU, FO, CGT, SNALC et SUD réunies devant l’Inspection d’académie puis en délégation. Pris date envers le ministère, mais aussi envers cette nouveauté inquiétante : il ” a été décidé” qu’il n’y aurait pas de réunion du CTSD (Comité Technique Spécial Départemental, obligatoirement consulté sur les modifications de structures et qui réunit administration de l’EN et représentants du personnel) ni de CDEN (Conseil Départemental de l’Education Nationale) qui, sur les mêmes sujets, réunit sous la présidence de la préfecture et du conseil départemental les mêmes plus les élus et partenaires de l’école publique.

C’est tout simplement la première fois qu’il ” a été décidé” de procéder ainsi, alors que les ajustements concernant le nombre de classes dans les écoles, de divisions dans les collèges, le nécessitent, sans parler de la préparation de la rentrée de septembre 2020 dont on sait qu’elle sera particulière. Les mots (“dialogue social”, “dialogue social”) et les actes, se contredisent.

Le SNUIPP-FSU appelle les collègues à faire remonter les changements dans les prévisions d’effectifs et les demandes d’ouvertures, le SNES-FSU et le SNEP-FSU appellent les collègues en collèges à faire de même, et tous appellent à se prononcer contre tout prolongement des “2S2C” à la rentrée. La concertation qui nous est refusée doit être imposée.