Qu’on se le dise : le mammouth s’ébroue.

Qu’on se le dise : le mammouth s’ébroue.

2018-11-13T08:57:24+00:0012 novembre 2018|Catégories : À LA UNE|

Nous fûmes 15% de grévistes aujourd’hui dans l’Allier, dans tous les secteurs de l’Éducation nationale, écoles, collèges, lycées, voie professionnelle, et dans l’Enseignement agricole.

Les trois réunions de Vichy, Moulins et Désertines ont permis à une quarantaine de collègues d’échanger sur la situation, et nous nous sommes retrouvés à une soixantaine à l’Inspection d’académie.

Une délégation composée de représentants des fédérations FSU, CGT, SUD et UNSA a été reçue par le Secrétaire général et l’IEN coordonnateur. Nous avons d’abord exprimé notre solidarité envers les collègues des écoles Desnos-Aymé de Montluçon, victimes d’actes de vandalisme.

Nos interlocuteurs ont pris note de nos revendications : refus des suppressions de postes, mise en garde contre les attaques envers le statut des fonctionnaires, défense de la liberté pédagogique suite aux « tests de positionnement » de M. Blanquer. Nos interlocuteurs ont été fort sensibles aux inquiétudes concernant l’écoute, ou la non-écoute, des personnels sur les questions de sécurité, incivilités, violences, qui nécessitent elles aussi des créations de postes et non des suppressions.

Le verre est bien entendu à moitié plein et à moitié vide : il faudra des grèves et des actions bien plus massives pour gagner et renverser la tendance. Mais cette journée automnale avait à cet égard une dimension printanière. A la FSU, nous nous félicitons de la réalisation de l’unité syndicale totale contre les suppressions de postes. Et nous notons la diversité représentative des collègues venus aux réunions et au rassemblement : écoles, collèges, pancarte du collège de Varennes, lycées, retraités venus soutenir.

Il y aura donc une suite : le 27 novembre se réunit le Conseil Départemental de l’Éducation Nationale, espérons qu’on saura alors enfin si le ministère maintient, ou non, le « gel des postes » lié à la « convention ruralité ». Les enjeux de la carte scolaire se dessinent déjà. Les élections professionnelles qui arrivent ne doivent pas mettre fin à ce début prometteur d’unité syndicale et la FSU se présente justement comme la fédération la plus représentative, capable de réaliser l’unité.

Et suite immédiate : mercredi prochain, la FSU et ses syndicats SNUIPP et SNES invitent les AESH à une réunion d’information syndicale, à Moulins 45 rue du progrès, mercredi prochain à 14 h 30, sur les demandes précises rédigées par les AESH elles-mêmes et eux-mêmes que nous portons, et sur leur accès au vote pour les élections professionnelles.

Photographie La Montagne.