Photo : flash-mob des profs et Psy-EN à la manif du samedi 11 Moulins !

Le 9 janvier, ce fut la remontée en puissance de la grève et des manifestations, la forte présence du monde enseignant dans leurs rangs – et aussi, en France, des violences policières que la masse des manifestants ne tolère plus.

L’intersyndicale nationale CGT/CGT-FO/FSU/Solidaires, rejointe par la CGC, ainsi que les organisations étudiantes et lycéennes, appellent à la grève partout le 14 janvier et à des initiatives les deux jours suivants. Dans l’Allier, il y a un appel franc à la grève sur ces trois jours et une manifestation départementale à partir de 10h 30 à Montluçon, Place Jean Dormoy (église Saint-Paul) et jusqu’à l’après-midi car à 14h notre camarade Laurent Indrusiak, secrétaire de l’Union départementale CGT, est convoqué au tribunal pour trois faits manifestement choisis au hasard à seule fin de pouvoir poursuivre un syndicaliste.

La FSU Allier lui exprime, comme déjà devant la préfecture le 2 janvier dernier, sa pleine solidarité, et appelle à cette occasion à la tenue d’une assemblée départementale des personnels de l’enseignement public, à 13h salle Sallicis.

Nous proposons à cette assemblée de discuter bien sûr de la poursuite de la lutte pour les retraites, mais aussi des revendications de l’enseignement public qui vont pleinement avec ce combat :

-en lycée, et ceci concerne aussi toute la jeunesse, les parents et les autres secteurs professionnels, arrivent les « E3C » (« épreuves communes de contrôle continu » du nouveau Bac Blanquer), dans des conditions volontairement scandaleuse d’inégalité, de désordre, d’impossibilité de respecter les normes élémentaires d’un examen national et anonyme. A Banville, Jean Monnet, Paul Constans,  De Staël, Albert Londres, Saint-Pourçain, Neuvy, les collègues ont commencé à se réunir et parfois à envisager la grève, le refus de faire remonter les sujets, etc. Soyons clair : la meilleure chose qui pourrait arriver serait que le bac Blanquer « cale » maintenant. C’est là l’intérêt général, c’est ce que veut le sens du service public.

-les annonces ministérielles arrivent : 6 postes en moins dans le second degré sur notre académie, 0 postes en moins ou en plus dans le premier degré, mais, à ce qui circule, 11 en moins dans l’Allier. Voici la lettre envoyée par la FSU à la Directrice académique :

courrier fsu

Dernière minute : on apprend (11/01 16h 30) que M. Philippe « retire provisoirement » (sic) l’âge pivot. Mais l’âge pivot c’est du pipeau : avec ou sans lui le système des « points » permet de contraindre à travailler jusqu’à 64 ans ou plus ou de réduire à la misère. Donc pour nous tout est maintenu, et nous ne saurions douter qu’il en ira de même pour l’intersyndicale à tous les niveaux. Se pose en outre le problème de participer aux concertations-bidons et autres « conférences » annoncées : elles n’ont ni sens ni légitimité !