Motion adoptée à l’unanimité par les participants au congrès départemental de la FSU Allier le mercredi 20 novembre 2019 :

Le congrès départemental de la FSU 03 réuni le 20 novembre 2019 constate que toute la situation politique et sociale en France actuellement est conditionnée par la perspective d’une très puissante grève en défense des retraites le 5 décembre prochain, et de sa prolongation éventuelle les jours suivants.

Cette perspective est à la mesure de l’enjeu que constitue l’attaque gouvernementale contre les retraites. Le projet du pouvoir, quels que soient les atermoiements et rideaux de fumée, est de liquider le principe du droit à la retraite, les régimes par répartition, le code des pensions et la CNARCL avec le statut des fonctionnaires, et les régimes spéciaux, non pas pour « égaliser » mais pour individualiser, chacun n’ayant plus qu’un fragile droit individuel à un certain nombre de points dont la valeur dépendra des gouvernements.

Notre congrès met en garde les pouvoirs publics contre la tentation manifeste d’employer la force et la provocation.

Le congrès constate et souligne le fait que cette situation politique et sociale s’inscrit dans un contexte international marqué par des situations insurrectionnelles désormais mondialisées, de l’Amérique du Sud au Proche et Moyen-Orient. Partout, l’injustice, l’aggravation des inégalités, la crise climatique et l’incurie des gouvernements poussent aux luttes sociales et aux soulèvement démocratiques, à Alger comme à Santiago ou Téhéran.

Dans cette situation, le congrès estime que les organisations syndicales ont une responsabilité particulière : indépendantes du pouvoir, de l’État et des partis, elles doivent donner une perspective claire et transparente. Le 5 décembre sera puissant, cela est acquis. Mais que se passera-t-il le 6 et les jours suivants ? Si les directions nationales de nos organisations – de la FSU pour ce qui nous concerne – appelant au 5 décembre disaient explicitement qu’elles appellent à la grève générale pour le retrait du projet gouvernemental visant les retraites, elles clarifieraient toute la situation et renforceraient notre capacité d’action, permettant de frapper un grand coup rapidement. Pour aller vers la victoire, il ne suffit pas que nos directions nationales comptent sur la reconduction de la grève par des AG locales et dans les transports, il faut qu’elles prennent leurs responsabilités en fixant le cap : grève générale jusqu’au retrait. Il serait nécessaire, particulièrement pour les précaires, de constituer des caisses de grève.

Prenant les nôtres, le congrès départemental de la FSU Allier décide d’appeler les personnels à décider en assemblées générales le 5 décembre la grève reconductible pour le retrait total du projet anti-retraites. Un préavis de grève illimité à compter du 5 décembre sera déposé. Nous préconisons, dans l’unité des organisations syndicales appelantes, de former si la mobilisation prend, un comité départemental de grève groupant les syndicats et les délégués de chaque assemblée des personnels.

D’ici le 5 décembre, il est important de permettre à tous les personnels de s’associer à ce qui se prépare.

Les fonctionnaires, d’État ou territoriaux, doivent comprendre que le projet anti-retraite va de pair avec la casse du statut, en détruisant le code des pensions et la CNARCL.

Dans les écoles primaires tous les personnels sont appelés à la grève y compris les personnels, communaux ou non, qui se font requérir pour le “service minimum d’accueil”.

Les professeurs doivent relier leur inquiétude très forte, par exemple en lycée, devant la réforme qui alourdit la charge de travail, épuise tout le monde et stresse les familles, à la perspective d’un mouvement d’ensemble en décembre : si nous faisons bouger les choses sur les retraites elles bougeront sur tous les sujets !

Les contractuels doivent voir leur place reconnue dans la lutte, et parmi eux les AESH mobilisés pour la reconnaissance de leur métier et contre le mode de calcul dérogatoire de leur salaire inventé par l’académie de Clermont-Ferrand : nous appelons à constituer une caisse de grève pour les collègues contractuels et commençons à l’alimenter aujourd’hui.

La force doit changer de camp. Pour commencer : GRÉVE GENERALE LE 5 DÉCEMBRE.

 

Motion adoptée par le meeting unitaire de Moulins du 21 novembre 2019 :

Ce jeudi 21 novembre, plus 200 salariés retraités, se sont réunis à l’appel des syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, et des Gilets jaunes 03, salariés du privé et du public.

Après une large discussion le constat que nous faisons est clair, tous nous refusons cette nouvelle contre-réforme des retraites de Macron-Delevoye.

La perspective de la grève interprofessionnelle à partir du 5 décembre donne des “sueurs froides” au gouvernement.

Nous constatons une forte mobilisation et des appels à la grève reconductible dans tous les secteurs privés ainsi que dans les services publics.

Depuis des semaines, le président de la République et le 1° ministre se répandent dans les médias, véritable intox, pour tenter de vendre leur contre-réforme des retraites et donc de tous nos acquis sociaux (sécu, code du travail, statuts, services publics …).

Mais personne n’est dupe.

Dans l’unité, tous nous disons NON.

Cette contre-réforme n’est ni négociable ni amendable comme certains voudraient le faire croire.

Aujourd’hui, nous le disons, tous nous pouvons faire reculer ce gouvernement par une mobilisation massive et la grève reconductible si besoin.

En ce sens, nous faisons notre la déclaration commune de nos UD de l’Allier CGT, FO, FSU, Solidaires :

“Nous appelons à construire l’action par des assemblées dans les entreprises, les services publics, les administrations afin de décider ensemble, dans l’unité, des modalités d’action, de la grève, de sa reconduction pour le retrait pur et simple de ce projet.”