La FSU demande au ministre de garder le dispositif initial et d’en finir avec la cacophonie incessante de la rue de Grenelle. Elle appelle les enseignant·e·s à ne pas tenir compte de ce courrier et à rendre hommage à Samuel Paty selon les modalités qu’elles et ils auront arrêtées collectivement. Au cas où cette possibilité leur serait refusée, la FSU les appelle à user de leur droit de grève et se réunir dans les écoles et établissements.

Le Syndicat National Unitaire des Personnels de Direction FSU déclare :

La décision du Ministre, motivée par des impératifs de sécurité, n’est pas tolérable. Des solutions avaient été trouvées. Elles doivent être maintenues.

A défaut d’une annonce ministérielle, le snU.pden appelle tous les personnels de direction à prendre ce temps lundi matin pour préparer comme il se doit le retour des élèves dans les établissements.

Les collègues sont invités à prendre et donner connaissance de la version intégrale de la “lettre de Jaurès aux instituteurs”.

Et à exiger de vraies mesures sanitaires