Incontestablement, dans l’Allier, nous avons fait de la journée d’action du 26 janvier une étape dans la remobilisation des personnels de l’enseignement public dans leur diversité.

10% de grévistes dans les écoles, 25% dans les collèges, 10% en lycées, parmi les personnels d’enseignement, mais aussi des collèges fermés par la grève notamment des Vies scolaires à nouveau aujourd’hui, à François Villon/Yzeure et Jules Verne/Montluçon, des AED déjà fortement en grève dans au moins 17 bahuts hier et tout autant, voire plus, aujourd’hui, des agents du Conseil départemental, des infirmières, des CPE, et des personnels du lycée agricole de Neuvy dont les AED.

80 participants environ au rassemblement de Montluçon, avec les interventions des syndicats FSU, SUD et CGT, d’un AED et d’un AESH. 70 environ à Moulins, dans une diversité dynamique et encourageante : nombreux AED, parents de Cérilly, en présence des syndicats de la FSU (SNES, SNUIPP, SNEP, SNETAP), CGT, FO, SUD,  SNALC, une banderole des parents et défenseurs de l’école de Buxières-les-Mines, une banderolle des AED. Une quarantaine à Vichy avec les syndicats FSU, UNSA, CGT, SUD, FO, la grève s’étant amplifiée aujourd’hui parmi les AED, quasi totale sur les lycées de Presles comme à Paul Constans et à Désertines pour le second jour consécutif, la cantine étant en grève aussi.

En fin d’après-midi, une délégation a été reçue par Mme la Dasen, comprenant les représentants FSU, FO et SNALC et un représentant du collectif Allier des AED. Outre la transmission de nos revendications communes indiquées dans le tract unitaire, l’entretien a porté sur la demande, qui monte, de reconnaissance d’AED comme un métier pérenne – et nous avons dénoncé les cas de remplacements d’AED grévistes par d’autres personnels voire par des emplois civiques -, ainsi que sur les AESH, sur la menace de transfert de la Médecine scolaire aux collectivités locales – qui, d’après Mme la Dasen, pourrait ne concerner que les médecins-, et sur les salaires, une véritable revalorisation devant être associée à une “transformation du métier” de professeur au delà de l’enseignement proprement dit, ce qui est le discours ministériel que tous les syndicats présents ont déclaré refuser, la hausse des salaires devant être traitée comme telle, car de toute façon maintenant la question salariale, au regard de la charge mentale du métier et des années de formation, fait obstacle au recrutement.

La FSU appelle les collègues à continuer le mouvement qui s’amorce, en étant présents ce samedi à 11h dans les rassemblements qui se tiendront à Moulins, Vichy et Montluçon contre les lois anti-démocratiques (loi “sécurité globale” notamment), et jeudi 4 février lors de l’action commune CGT/SUD/FSU devant les CCI. Elle appelle tout particulièrement les personnels qu’elle représente, mais aussi les parents, les élus locaux et les amis de l’école publique à se mobiliser et à s’exprimer MAINTENANT contre les fermetures de classes et suppressions de divisions qui commencent à être annoncées.

Photo mise en avant et photos 3 et 4 ci-dessous dans la Montagne de ce jour.