L’exécutif français, après avoir engagé une première série de « réformes » qui ont suscité la plus grave crise sociale prolongée dans le pays depuis la Libération, entend continuer en s’en prenant au statut de la fonction publique et à l’école, aux minima sociaux qui seraient « globalisés », à l’assurance chômage et, de manière décisive, au système de retraite par répartition au nom d’un système de retraites « par points ».

L’association ATTAC s’est adressée à plusieurs organisations syndicales pour organiser un débat sur ce sujet. La FSU a répondu et sera représentée par notre camarade Benoît Teste.

Soirée bien informée et discussion garanties.

Tract-2 A4